Prendre rendez-vous en ligneDoctolib

Injections d’acide hyaluronique

Injections d’acide hyaluronique:  une référence en médecine esthétique

C’est la méthode de choix pour restaurer les volumes perdus, compenser les relâchements du visage et atténuer certaines rides. Elle permet de retarder le recours à la chirurgie, sans être invasif.

D’utilisation souple, elle peut être injectée dans toutes les zones du visage: pommettes, joues, lèvres, menton, nez, front… Mais tout l’art de cette technique est de ne pas transformer la physionomie par excès de quantités. On peut également l’utiliser dans les parties génitales dans certains cas.


Réparer la structure du visage

.

Les injections d’acide hyaluronique consistent en l’introduction sous la peau d’un gel résorbable, d’origine naturelle, qui est d’ailleurs fabriqué par notre propre corps. Son action est strictement mécanique (augmentation de volume localisée): il n’agit pas comme un médicament. Son utilisation est un outil de lutte contre les signes du temps.

L’acide hyaluronique est positionné sous la peau pour redonner du volume à des zones qui en ont perdu. Cela peut concerner des rides: on glisse alors sous la peau, le long de la ride, un petit cylindre de produit. On peut aussi redonner son galbe à une zone qui était naturellement bombée auparavant, comme les pommettes, les joues ou les lèvres, et qui s’est rétractée.

Or un visage est un tout, un ensemble d’éléments qui sont reliés les uns aux autres, et corriger un élément de façon isolée ne donne pas toujours de bons résultats. C’est pourquoi il est essentiel de faire réaliser un bon diagnostic par le médecin injecteur.

Voici quelques exemples pour illustrer cela:

  • Un patient se plaint de ses sillons naso-géniens. Le réflexe classique pour la plupart des médecins est de se limiter au remplissage de ce sillon. Pourtant, il est important de prendre certaines précautions pour éviter plusieurs risques majeurs:.
    • ne pas surcharger cette zone qui, au fil des injections successives, va s’alourdir et voir changer sa texture de peau.
    • corriger avant tout la fonte de la pommette (souvent à l’origine de l’air fatigué), et qui est la principale cause de l’apparition du sillon. C’est la seule chose qui a été faite dans le cas ci-dessous.
    • rester à distance de l’artère faciale qui se situe dans le haut du sillon, à l’origine d’incidents vasculaires importants.

.

.

  • Une autre demande fréquente concerne l’ovale du visage, avec les bajoues. Là encore, la simplicité semble être d’injecter cette zone. On le voit avec certaines offres alléchantes sur internet basées sur des mots accrocheurs comme “Jawline” (ligne de la mâchoire)… Or le danger est de mettre du volume là où il y en a déja trop, alors que la cause n’est pas là. Il faut au contraire travailler bien au-dessus, dans la région située sous la tempe, dénommée “arcade zygomatique”, comme dans la photo ci-dessous. La correction de l’ovale est parfaite, alors que rien n’a été injecté là. Seule une injection en haut a retendu la peau de la joue et a permis de redessiner cette ligne.

.

.

  • Un autre cas encore est la correction de la peau fripée, ridée, que l’on voit souvent sur les joues. On pourrait a priori se dire qu’en remplissant les joues on retendrait la peau et que les rides disparaîtraient. Or le risque est d’obtenir un gonflement disgracieux, qu’il faut éviter à tout prix. Il est donc nécessaire de procéder par nappage avec des quantités infimes de produit. C’est surtout le travail de stimulation de la peau avec la micro-canule, plus que le volume, qui va permettre d’obtenir le résultat, comme sur la photo ci-dessous.

.

.

Sur le plan technique, il existe deux outils complémentaires dans les injections: l’aiguille et la micro-canule. Cette dernière est un petit tube à bout arrondi ou bout “mousse” non traumatisante, qui permet de ne pas abîmer les vaisseaux, les nerfs ou d’autres structures, contrairement à l’aiguille.

Il est très rarement nécessaire de pratiquer une anesthésie. La crème ne fait qu’atténuer un peu la sensation de piqûre et ne joue pas sur ce qu’on peut ressentir sous la peau. L’injection d’anesthésiant peut être en elle-même assez douloureuse.

Au total, l’objectif des injections d’acide hyaluronique est uniquement de restaurer la physionomie naturelle du visage, mais sans excès, et ce grâce à quelques actions précises en des points stratégiques.

Ces produits étant résorbables, ils disparaissent au fil du temps, généralement au bout de 12 à 18 mois selon la zone injectée et le produit utilisé. La nécessité de recommencer le traitement régulièrement peut paraître contraignante, mais cela représente une sécurité en cas d’insatisfaction du traitement ou de changement de physionomie (amaigrissement important par exemple).

Par contre, la peau ayant été stimulée lors du traitement, surtout à la canule, il existe un repulpage naturel lié à la sécrétion de collagène. Ceci permet d’éviter de revenir complètement à l’état initial, même au bout d’un an. La quantité à injecter au cours des traitements suivants est donc généralement moindre que la première fois.


Pour voir la présentation animée des soins proposés au centre Cliniskin Laser & Esthétique, cliquez ici

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn